Rencontres européennes de Taizé à Prague : un nouvel élan dans la foi

Il y a un mois, jour pour jour, à Prague, nous nous préparions pour aller à la prière du soir, avant de prendre le métro, le tram et le train pour aller dans notre paroisse d’accueil… la suite, dans ce témoignage de Mathilde, avec qui j’ai partagé ces rencontres.

Et quelques vidéos de ces  rencontres!

 

 

 Source

30 000 jeunes chrétiens du monde entier étaient réunis à Prague pendant cinq jours du 29 décembre au 2 janvier 2015 pour célébrer le Nouvel An dans une atmosphère à la fois de prière et de fête. Retour avec Mathilde sur ce « Pèlerinage de confiance sur Terre » avec la communauté œcuménique de Taizé.

29 décembre 2014 – 2 janvier 2015 : Rencontres Européennes de Taizé, cette année à Prague. 30 000 jeunes de 65 pays différents (France, Allemagne, Pologne, Portugal, Biélorussie, Ukraine, Lituanie, Italie, Grande-Bretagne, Hongrie, Slovaquie, Moldavie…) sont attendus. Au programme : plusieurs temps quotidiens de prière, des temps de partage, des carrefours, un réveillon du 31 décembre international.

Une journée type

1412wk0471prg-680Voici un peu le déroulement d’une journée type : chacun est hébergé en groupe dans une paroisse, souvent avec des personnes d’une autre nationalité, sans non plus être séparé de ses amis. Le lieu d’hébergement peut être un gymnase, une école, ou une famille d’accueil.  A 8h30, premier temps de prière dans la paroisse, d’une petite heure. Vient ensuite un temps d’échange en groupe de 7-8 personnes, avec pour support l’évangile du matin et une proposition de frère Aloïs. Cette année, le thème des différentes propositions est « être le sel de la terre ».  Après ce temps d’échange, direction Prague. Déjeuner, puis temps de prière d’une heure dans les différentes églises de la ville, à 13h.

Les 30 et 31 décembre, les après-midi sont consacrées aux « carrefours » : un peu partout dans la ville sont proposées des temps de rencontres avec des théologiens, des historiens, des religieux ou des témoins, des politiciens. Ces carrefours peuvent avoir des thèmes divers, avec quatre grandes catégories : la spiritualité, l’Eglise, la solidarité et la société, l’art et la foi. Chacun est libre de choisir le carrefour qui l’intéresse. Des visites sont également possibles (ex. musées, ou le Parlement européen l’année dernière). 1412wk0390prg-680Pour moi, ce sera « Histoire de l’Eglise clandestine sous le régime communiste ». Un de mes amis choisit par exemple de rencontrer un prêtre pour recevoir le sacrement de réconciliation.

En fin d’après-midi, direction Letnany, une sorte de parc-expo, pour la distribution du repas du soir et du pique-nique du lendemain. Différents halls sont aménagés et décorés pour la prière du soir, à 19h. Dans les halls, on retrouve chaque fois plusieurs nationalités mélangées. L’évangile et la méditation de frère Aloïs sont lus en plusieurs langues. Retour dans les paroisses ensuite, il est rare de se coucher sans avoir à nouveau discuté quelques temps avec nos colocataires de la semaine !

De belles rencontres interculturelles

PP1030722our moi, ce sont les deuxièmes rencontres, après Strasbourg en 2014.  J’ai découvert la foi catholique en 2011, et ai été baptisée à Pâques 2013. J’ai adoré les rencontres de l’année dernière. Elles m’avaient aidé à comprendre l’œcuménisme, les points communs des chrétiens. Et en même temps j’étais repartie avec le sentiment très fort d’être catholique.

Cette année, le pèlerinage a été bien différent. Je me suis retrouvée hébergée à Kralupy Nad Vltavou (petite ville à 40 minutes de train de Prague) dans une petite école, avec neuf autres personnes que je ne connaissais pas avant. C’est avec ces mêmes personnes qu’auront lieu les temps d’échange du matin. Peu d’œcuménisme cette année, puisque nous sommes globalement tous catholiques. Mais tout de même de belles rencontres interculturelles, puisque nous sommes trois normands, trois alsaciens, trois Colombiens et une Taïwanaise étudiant en Alsace, et un prêtre roumain.  La jeune Taïwanaise a eu une éducation bouddhiste ; une personne, élevée dans la foi catholique, dit avoir beaucoup de mal à croire.  Le fait de parler tous français nous permet d’avoir des échanges très intéressants et d’aller plus loin dans la réflexion.

Un encouragement pour les Tchèques

Le 31 décembre, les deux étudiantes tchèques qui nous ont accueillis ont participé avec nous au temps de partage. Au cours de la discussion, elles nous disent que ce n’est pas toujours facile d’être chrétien en République Tchèque, une très forte partie de la population est déchristianisée. Le matin du départ, au moment de se dire au revoir, une autre personne de la paroisse nous dit que c’est pour eux un grand encouragement de nous avoir accueilli.

La fête des Nations

DSC_0249Le soir du 31 décembre, c’est la Fête des peuples ! Après un nouveau temps de prière à 23h, direction le local scout de la ville… qu’il nous a fallu quelques temps pour trouver, mais qui nous a permis une jolie promenade de nuit, le long de la rivière aux rives enneigées. Les pétards retentissent à foison, on peut également profiter de pleins de petits feux d’artifice tirés par les habitants !  Une fois arrivés, on fait la fête avec tous les pèlerins hébergés sur la même paroisse que nous. Chaque groupe de jeunes présents nous fait découvrir quelque chose de son pays : chants, danses, jeux…. Au programme donc pour nous : jeu et chants biélorusses, danse tchécoslovaque, jeux français, taïwanais et colombiens, chants polonais ! Beaucoup de rires, de discussions, et encore rencontres de nouvelles personnes !

Un nouvel élan dans la foi

Je repars de ce pèlerinage avec un nouvel élan dans la foi. Les temps de prière et d’échange, les appels de frère Aloïs à être sel de la terre et de bouger en tant que jeunes chrétiens, les moments d’amitié vécus, me font commencer l’année 2015 avec la conviction encore plus grande que chacun peut apporter sa pierre dans le monde, par et pour l’amour du Christ, qu’il faut toujours essayer d’être positif dans la vie, d’avancer coûte que coûte en souriant, et qu’en tant que chrétien nous devons consacrer du temps au service des autres.

En arrivant au travail ce matin, j’ai souhaité une bonne année 2015 à mes collègues. Je m’entends bien ou très bien avec certaines, d’autres sont des relations purement professionnelles. J’avais pourtant envie de sourire à tout le monde, et pour la première fois mes vœux de bonne année étaient vraiment sincères, quelle que soit la relation.

C’est décidé, avant les prochaines rencontres européennes, j’irai passer du temps à la communauté en Bourgogne !

Mathilde

 

 

Mathilde

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :