Action : un million d’enfants prient le Rosaire

L’AED appelle les enfants à participer à l’initiative de prière « Un million d’enfants prient le chapelet ». En ce mois missionnaire extraordinaire, ils sont invités à prier pour les missionnaires et les nouvelles vocations missionnaires, le 18 octobre 2019. 

Ce vendredi 18 octobre, des milliers de groupes d’enfants prieront le chapelet pour la Mission.

Chaque année, l’AED reçoit des témoignages de cette journée de prière de l’Église universelle, qui ne touche pas que les cœurs des enfants.

C’est pourquoi nous vous invitons, enseignants, catéchistes, éducateurs, parents, grands-parents, etc., à participer le 18 octobre en union de prière avec des milliers d’enfants à travers le monde.

Tract journée prière AED 18-10-2019

Appuyez sur les flèches pour tourner les pages.

 

L’idée du chapelet des enfants est née en 2005 à Caracas au Venezuela.

Alors que plusieurs enfants priaient le chapelet dans un oratoire dédié à la Vierge Marie, quelques unes des femmes sur place ont fortement ressenti la présence de la Sainte Vierge.

Le Padre Pio disait : « Si un million d’enfants prient le chapelet, le monde changera. » ayons confiance dans la force de la prière des enfants.

Nous pouvons redynamiser le cœur de l’Église par la prière des enfants et le remplir d’amour missionnaire.

Concrètement : certains groupes prieront un chapelet entier, d’autres une dizaine, il est aussi possible d’y joindre une catéchèse sur le chapelet.

Si vous le souhaitez, vous pouvez nous envoyer après le 18 octobre une photo d’un groupe de prière d’enfants, comme d’autres l’ont fait en Argentine, en Ouganda, en Inde, aux Philippines, en Papouasie Nouvelle-Guinée, au Liban, à Malte, etc. (voir ici l’album photo).

Nous aussi, en France, participons nombreux à cette belle action de prière !

Envoyer la/les photo(s) par retour de ce mail à l’adresse : prier@aed-france.org

 

« Je compris que si l’Église avait un corps, composé de différents membres, le plus nécessaire, le plus noble de tous ne lui manquait pas, je compris que l’Église avait un cœur, et que ce cœur était brûlant d’Amour.

Je compris que l’Amour seul faisait agir les membres de l’Église, que si l’Amour venait à s’éteindre, les Apôtres n’annonceraient plus l’Évangile, les Martyrs refuseraient de verser leur sang.

Je compris que l’Amour renfermait toutes les vocations… Au cœur de l’Église, je serai l’amour. »

Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, patronne des Missions

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :