« Laudato si » la nouvelle Encyclique du pape François

La publication, par le Pape François, d’une Encyclique sur l’Écologie « Laudato si », me réjouit profondément. « Laudato si », ces premiers mots du Cantique des Créatures, de Saint François d’Assise, sont une splendide louange à Dieu pour sa Création, et un pressant appel à la fraternité. Fraternité entre tous les humains, fraternité entre tous les êtres vivants, fraternité avec frère Soleil et sœur Lune, avec frère feu, sœur eau et « sœur notre mère la terre »…

L’écologie est devenue une préoccupation de tous, citoyens du monde, croyants ou non, car tous nous habitons la même terre, tous nous sommes solidaires de cette terre nourricière et solidaires les uns des autres.

Durant les quelques mois qui nous préparent à la Conférence Mondiale sur le Climat qui se tiendra début décembre 2015 à Paris, il est essentiel que les chrétiens unissent oecuméniquement leurs efforts, et posent des actes qui expriment, avec les autres citoyens, leur souci de l’écologie. Nous vivons ce souci au sein de notre Conseil des Églises Chrétiennes de Strasbourg, et nous soutenons, entre autres initiatives, la marche venue d’Outre Rhin et qui se rendra jusqu’à Paris, et sa Conférence sur le Climat.

J’aurai l’occasion de rappeler l’urgence morale de l’écologie à l’occasion de la Messe pour la France du 12 juillet prochain, et encore dans ma Lettre Pastorale de rentrée.

Groupes de lecture de l’Encyclique, conférences et engagements pratiques, sont encouragés dans nos institutions éducatives, nos paroisses et nos mouvements d’Église, dont beaucoup sont déjà sensibilisés et actifs en ce domaine. Prises de conscience, partenariats et actions concrètes sont nécessaires, mais aussi, selon notre belle tradition religieuse, jeûne et prière.

Je vous invite donc à jeûner et à prier Dieu, si possible à plusieurs, chaque premier jour des mois qui précèdent la Conférence sur le Climat, pour que nous respections notre terre et tous ses habitants, avec plus de vraie justice, de joyeuse sobriété et de confiante fraternité… Notre avenir en dépend !

Si un premier jour du mois est un jour de fête, comme la Toussaint, gardons l’esprit de la démarche et choisissons un autre jour plus adapté : l’essentiel est de participer !

 « Les jeunes nous réclament un changement », lance le Pape au début de son encyclique. « Ils se demandent comment il est possible de prétendre construire un avenir meilleur sans penser à la crise de l’environnement et aux souffrances des exclus. J’adresse une invitation urgente à un nouveau dialogue sur la façon dont nous construisons l’avenir de la planète. Nous avons besoin d’une conversion qui nous unisse tous, parce que le défi environnemental que nous vivons, et ses racines humaines, nous concernent et nous touchent tous ». Accueillons avec générosité cet appel !

19.06.2015

+ Jean-Pierre GRALLET  Archevêque de Strasbourg

Lire l’encyclique!

Télécharger la version pdf

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :