Communiqué de l’archevêque de Strasbourg suite à l’attentat de Nice

26 juillet 2016, 29 octobre 2020. Un prêtre, hier, un sacristain, aujourd’hui, et des chrétiens, hommes et femmes priant, massacrés par le même terrorisme islamiste, après et avec des juifs, des musulmans et des incroyants. Je pleure du fond de mes entrailles toutes ces victimes et leurs familles. Toutes sans exception même si l’attaque directe de catholiques me blesse en tant qu’évêque. La façon d‘égorger montre clairement le sens « religieux » donné à ces tueries : il est vain de le nier même si nous supportons très mal ces caricatures de Dieu. Tout ceci est à vomir.

S’il y a une guerre à conduire, elle est là et elle se superpose à la crise épidémique. On cherche à rajouter à l’angoisse la terreur. La peur ne gagnera pas si nous sommes solidaires.

C’est une guerre et cessons de parler de loups solitaires : il ne s’agit pas d’une série de personnes détraquées, mais des résurgences d’un même rhizome maléfique. On ne peut ni ne doit surveiller chaque personne mais on peut et on doit éradiquer cette plante souterraine et vénéneuse, l’islamisme, préjudiciable à tout le monde y compris aux communautés musulmanes.

A chacun son métier. Celui de tous les responsables religieux est d’appeler et de construire une vraie fraternité, universelle et respectueuse des diversités. Le « vivre ensemble » sera un mythe tant qu’il reste un agglomérat d’individus ou de groupes sans lien d’amitié sociale entre eux.

Prions pour la paix dans le monde et la paix dans notre France.

+ Luc Ravel

Archevêque de Strasbourg

Aux prêtres – curés, desservants, recteurs

Les meurtres perpétrés ce matin à Nice dans la Basilique Notre-Dame plongent la Conférence des évêques de France dans une immense tristesse. Nos pensées et nos prières vont aux personnes victimes, aux personnes blessées, à leur famille et à leurs proches. C’est parce qu’elles se trouvaient dans la Basilique que ces personnes ont été attaquées, assassinées. Elles représentaient un symbole à abattre.

Ces assassinats nous rappellent le martyre du Père Jacques Hamel. À travers ces actes horribles, c’est tout notre pays qui est touché. Ce terrorisme vise à installer l’angoisse dans toute notre société. Il est urgent que cette gangrène soit stoppée comme il est urgent que nous retrouvions l’indispensable fraternité qui nous tiendra tous debout face à ces menaces.

Malgré la douleur qui les étreint, les catholiques refusent de céder à la peur et, avec toute la nation, veulent faire face à cette menace traître et aveugle.

 

Partout où cela sera possible,

le glas des églises de France sonnera

aujourd’hui à 15h.

 

Les catholiques seront invités à une prière pour les personnes victimes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :