Adoration au Mont Sainte-Odile

Il nous donne son Amour en partage…

À première vue, rien n’est plus personnel que l’adoration du Saint Sacrement exposé dans l’ostensoir. Il s’agit pour ceux qui la pratiquent de faire silence, de s’ouvrir à la rencontre avec notre Seigneur Jésus Christ, de le recevoir en notre cœur, de l’écouter, de dialoguer avec Lui. La contemplation de son mystère et de son amour infini est au centre de la démarche de l’adorateur. Le Saint Sacrement constitue pour la piété, une précieuse médiation avec Dieu, qui pour singulière qu’elle soit, ouvre cependant à l’autre, aux autres et à l’universel.

 

Cette année encore, du 5 au 12 juin, 30 personnes du doyenné de Strasbourg Sud ont apporté tour à tour leur contribution à l’adoration que portent jour et nuit tous les chrétiens d’Alsace au Mont Sainte-Odile depuis 86 ans, sans discontinuer – même en temps de guerre. Les enseignements de nos prêtres et de nos conférenciers, la participation aux offices, la direction et l’organisation si bien conduites respectivement par notre président et notre trésorier ont fait de ce temps un espace de prière fervente à notre Dieu et une tranche de vie conviviale.

Deux par deux, en variant leurs binômes, coopérant dans leur prière, les participants se sont consacrés à l’adoration selon un calendrier établi au préalable. Les nouveaux participants y ont trouvé, comme toujours, un attentif chemin d’initiation.

Quelle communauté bienveillante pour chacun, chaleureuse, humble, cheminant dans une démarche personnelle et collective et progressant avec application dans la prière !

En début et en fin de séquence d’adoration, avant de se séparer, les quatre personnes concernées main dans la main prient ensemble, à voix haute, quelques instants.

Dans le même moment et/ou égrené dans le temps, en décalé et/ou à l’unisson, en harmonie, de multiples autres êtres priants, font monter leur louange à notre Dieu. Sans se connaître, tout autour de la terre et partout, tous se perçoivent en communauté fervente et fraternelle, Église orientée vers son Sauveur, sans frontière.

Les intentions de prières, la louange et les colloques individuels et collectifs s’y nouent en un bouquet aux variations de mots, d’expressions, de couleurs, de senteurs, de lieux, de culture et d’esthétique qui témoignent de la pluralité et de l’intensité du dialogue des croyants avec Celui qui a tout donné pour eux mais qui leur a aussi appris à partager son amour infini des hommes.

Bernadette Bernardin

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :